logo
MENU

Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur "Administration provinciale"

Deux têtes valent mieux qu’une!

Rédigé par: APSSAP

En formation, je demande souvent aux participants : « Quelle est la plus-value d’un comité de santé et de sécurité dans un établissement? » Les réponses qu’on me donne sont diverses et souvent très pertinentes. Identifier des problèmes, trouver des solutions, travailler paritairement, protéger la santé et la sécurité des travailleurs et bien plus encore.

Et moi de leur répondre : « Vous avez bien raison mais tout ça ou presque, ce n’est pas d’abord la responsabilité de l’employeur? » Alors, de quelle façon le comité peut faire la différence?

Quand je parle aux membres et quand je lis des comptes-rendus des réunions, je m’aperçois que les comités ont de bonnes idées pour éliminer les dangers, les contrôler ou protéger les travailleurs. Des idées originales auxquelles l’employeur n’avait peut-être pas pensé. Personnellement, je ne trouve pas que la plus-value des comités réside uniquement ou principalement dans la recommandation de mesures correctives. Par exemple, est-ce que ça prend un comité pour recommander qu’une lumière de sortie d’urgence soit remplacée, qu’on corridor soit dégagé ou que de la formation soit donnée à un nouvel employé?

Je pense que là où les comités peuvent faire la différence c’est dans l’élaboration de mesures préventives! Il est plus spontané pour les employeurs et les comités de trouver des solutions aux problèmes qui leur sont présenté. Il est beaucoup moins « naturel » pour eux de trouver des solutions qui feraient en sorte que le problème ne se représente pas dans 1, 2 ou 6 mois ou encore mieux de prévenir un accident.

L’exercice que je demande donc aux participants de faire et que je vous recommande de faire aussi est de pousser vos réflexions plus loin : une fois le problème résolu, quelles seront vos recommandations pour éviter que le problème ne se représente? On peut donc penser à une inspection, de la surveillance, de l’entretien préventif, de la formation, l’accueil de nouveaux employés, etc. Les mesures préventives sont multiples, mais des fois moins facile à identifier que les mesures correctives.

Ça demande plus d’effort, mais c’est pour ça qu’il y a plusieurs personnes sur un comité. Plus d’idées, plus de vécu, plus de discussion et d’échange pour en arriver à une solution préventive. Deux têtes valent mieux qu’une!

 

* Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leur auteur(e) et ne reflètent pas nécessairement celles des représentants de l’APSSAP.