Santé psychologique

Comment donner du sens à mon travail ?

13 septembre 2017

« Depuis plusieurs mois, je remarque que je me sens désinvestie de mon travail. Les tâches ont tellement changé…Elles sont plus complexes et parfois réparties entre plusieurs personnes, ce qui fait que j’ai du mal à voir les résultats. Elles sont aussi devenues plus répétitives et je me surprends à me sentir démotivée. La composition de mon équipe de travail a également changé, certains de mes collègues les plus proches ayant quitté leur emploi pour diverses raisons. Bref, c’est comme si mon travail manquait de sens. Que puis-je faire pour retrouver mon bel enthousiasme d’avant (quitter mon emploi n’est pas une option pour le moment) ? »

Une fleur qui fane …

Chère « Fleur qui fane»,

Vous avez bien raison, se sentir désinvestie peut être souffrant, surtout considérant le nombre d’heures passées au travail. De fait, selon une étude d’Estelle Morin, (IRSST, 2008), le sens du travail est corrélé positivement avec le bien-être psychologique et l’engagement affectif dans l’organisation. De plus, le sens du travail s’enracine dans les relations humaines au travail, qui contribuent à maintenir un engagement au travail. Vous semblez effectivement être ébranlée dans plusieurs sphères de votre quotidien au travail.

Selon madame Morin, six caractéristiques contribuent à donner un sens à son travail :

  • l’utilité sociale
  • l’autonomie
  • les occasions d’apprentissages et de développement
  • la rectitude morale
  • la qualité des relations
  • la reconnaissance.

Évidemment, ce qui donne du sens à mon travail n’est pas nécessairement ce qui en donne au vôtre. Gardez en tête que ce qui est important pour vous au travail n’est peut-être pas contenu dans ce texte. Par exemple, vous pourriez préférer être encadré par des protocoles qui ne nécessitent pas une grande autonomie.

Afin de préserver et de « vitaminer » ce terreau fertile qu’est votre vie au travail, je vous propose quelques pistes de réflexion.

Comment mon travail est-il utile à la société ?

À quoi sert votre travail, qui sert-il ? Par exemple, si vous êtes un agent ou une agente d’aide à l’emploi, votre travail permet aux usagers de retrouver un emploi permettant de subvenir à leurs besoins (financiers, alimentaires, d’estime, etc.). Évidemment, cela se répercute aussi positivement sur l’économie de la société. Si votre mission n’est pas claire pour vous, parlez-en avec votre gestionnaire! Ce dernier peut vous aider à clarifier votre mandat, vous fournir des orientations claires, prioriser certaines tâches.

Comment puis-je faire preuve d’autonomie dans mon travail ?

Il s’agit ici de réfléchir aux aspects de votre travail qui vous permettent d’utiliser vos compétences et votre jugement. Cela fait aussi référence au degré de contrôle que vous avez sur votre travail. Il y a probablement des aspects de vos tâches que vous ne contrôlez pas. L’idée est de trouver vous en avez. Par exemple, je me souviens d’un agent de bord au départ d’un vol qui nous a présenté les consignes de sécurité avec tellement d’humour! Il avait choisi de transformer une tâche ennuyante en spectacle! Encore une fois, n’hésitez pas à discuter avec votre employeur pour établir votre marge de manœuvre.

Quelles sont mes occasions d’apprendre et de me développer ?

Pouvoir apprendre et élargir son champ de compétence aide à maintenir un intérêt au travail. Informez-vous sur les programmes de formation continue, sur les possibilités de mentorat, identifiez vos besoins de formation et faites-les connaître, etc.

Est-ce que mon travail me permet de me sentir moralement intègre (rectitude morale)?

Pouvoir effectuer ses tâches et interagir avec les autres avec intégrité et moralité facilite le sens du travail. Par exemple, un préposé à l’accueil qui traite tous ses clients avec la même diligence agit avec intégrité. Un gestionnaire qui offre les mêmes possibilités à tous ses employés agit avec équité.

Comment puis-je développer des relations de qualité au travail ?

Je vous suggère de trouver des moyens pour entrer en contact davantage avec vos collègues, que ce soit aux pauses, sur l’heure du midi ou à l’extérieur du travail. Mieux connaître les gens qui vous entourent professionnellement contribue au soutien social et au plaisir au travail.

Comment suis-je reconnue dans mon milieu ?

Les marques de reconnaissance contribuent à l’éclosion et au maintien du sens du travail. Celles-ci peuvent être diverses, comme se sentir apprécié pour les efforts fournis et les résultats obtenus, avoir l’estime de ses supérieurs et de ses collègues, être satisfait de son salaire, etc. Si vous aimeriez avoir plus de reconnaissance, dites-le! Il faut savoir semer des graines pour qu’un jardin fleurisse!

Sachez aussi que votre comité de santé et de sécurité (CSS) peut agir sur plusieurs de ces facteurs qui aident à bâtir le sens du travail. Par exemple, votre CSS pourrait offrir des ateliers sur la reconnaissance. N’hésitez pas à leur faire part de vos suggestions!

Je vous rappelle que l’APSSAP, votre association paritaire, peut soutenir le CSS dans ses actions de prévention en santé psychologique au travail.

Je vous souhaite de refleurir rapidement,

Annie

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 évaluations, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...Loading...
auteur

Annie Drouin

Conseillère en prévention et B.Sc. ergothérapie

Écrire à Annie

Les coordonnateurs en santé et sécurité du travail

Le coordonnateur en santé et sécurité du travail est le spécialiste en santé et sécurité du travail pour son ministère ou son association accréditée. À titre de représentant ministériel ou syndical, il coordonne le traitement et la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Concrètement, il est amené à planifier les actions ministérielles ou syndicales, à former, informer, soutenir et conseiller les gestionnaires et les travailleurs, à participer à la gestion de la santé et de la sécurité dans leur milieu et à siéger dans diverses instances du secteur de l'Administration provinciale. En plus d'être impliqué dans le processus de mise en place des comités de santé et de sécurité, le coordonnateur est le point de soutien pour les membres de ses comités. En cas de divergence au sein d'un comité, il peut faciliter ou accélérer la bonne marche des dossiers.

Les membres des comités de santé et sécurité

Le comité de santé et sécurité est une équipe de travail paritaire qui participe à l'amélioration de l'action en santé et sécurité et dont le but est la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. C'est un mécanisme « de terrain » qui constitue la pierre angulaire en matière de prévention dans un établissement. Plus particulièrement, il prend connaissance du programme de prévention, participe à l'identification et à l'évaluation des risques, tient des registres d'accidents, transmet les informations requises à la CSST, reçoit les avis d'accidents et enquête sur ceux-ci, reçoit les suggestions et les plaintes des travailleurs et procède aux inspections des lieux de travail. En plus, il choisit le médecin responsable, approuve le programme de santé, établit les programmes de formation et d'information des travailleurs en matière de santé et de sécurité et sélectionne les moyens et les équipements de protection individuels.

Les représentants à la prévention

De façon générale, le choix du représentant à la prévention se fait par les membres travailleurs du comité de santé et de sécurité. Pour être à même de contribuer significativement au respect des droits reconnus aux travailleurs par la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST), le représentant à la prévention a pour rôles d'identifier les risques et formuler des recommandations afin de les corriger ou de les prévenir, d'assister les travailleurs de manière à leur accorder le support nécessaire en prévention et à les représenter auprès de différents intervenants. Prévu dans la loi, le représentant à la prévention est amené à inspecter les lieux de travail, à recevoir les avis d'accidents et à enquêter sur ceux-ci, à identifier les situations dangereuses, à faire les recommandations qu'il juge opportunes, à assister les travailleurs dans l'exercice de leurs droits, à accompagner l'inspecteur de la CSST, à intervenir dans le cadre du droit de refus, à porter plainte à la CSST et à participer à l'évaluation et l'identification des postes de travail, des contaminants et des matières dangereuses.

Les travailleurs

Le travailleur est une personne qui exécute, en vertu d'un contrat, un travail pour un employeur. Sa santé, sa sécurité et son intégrité physique sont assurés grâce à des droits, mais aussi à des obligations, qui sont énumérées dans la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST). Le travailleur a donc droit à des conditions qui respectent sa santé, sa sécurité et son intégrité physique, à une formation, un entraînement et une supervision appropriés pour accomplir son travail de façon sécuritaire et à de l'information sur la nature des risques présents dans son milieu de travail. Il doit aussi prendre connaissance du programme de prévention de l'employeur, veiller à ne pas mettre en danger sa santé, sa sécurité, son intégrité physique et celles des autres, se soumettre aux examens de santé exigés, participer à l'identification et à l'élimination des risques et collaborer avec le comité de santé et de sécurité.

Les gestionnaires

Le gestionnaire à la responsabilité de mettre en place, dans son établissement, diverses mesures concrètes pour prévenir les accidents du travail et les maladies professionnelles. Il est amené à se conformer à la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST), au règlement sur la santé et la sécurité au travail (RSST) et au code de sécurité sur les chantiers de construction (CSCC). Il doit également tenir compte de la politique concernant la santé des personnes au travail dans la fonction publique québécoise ainsi que de la politique ministérielle propre à chaque ministère et organisme qui établit des responsabilités aux différents paliers hiérarchiques et des attentes signifiées en matière de prévention. Concrètement, il doit élaborer un programme de prévention et le maintenir à jour, identifier et évaluer les risques dans les postes de travail et répondre aux exigences du système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).

Les personnes-ressources en adaptation de poste de travail

La personne-ressource en adaptation de poste de travail a pour rôle d'accompagner rapidement et efficacement l'ensemble des travailleurs et des gestionnaires de son établissement dans l'évaluation et l'adaptation de leur poste de travail de bureau. La personne-ressource est amené, entre autres, à promouvoir l'utilisation d'Adapte auprès de ses collègues, à répondre à leurs questions, à évaluer et adapter le poste de travail des nouveaux employés et à faire des recommandations à son gestionnaire concernant notamment l'achat de matériel et d'équipement ergonomiques. Dans le cas où la personne-ressource n'est pas en mesure de régler une situation ou d'adapter adéquatement un poste de travail, elle peut solliciter l'aide d'un conseiller de l'APSSAP ou tout simplement référer le cas à l'intervenant désigné dans la structure de mise en place dans son organisation.

Les membres des équipes d'intervention en violence

L'équipe d'intervention en violence est un groupe composé de trois personnes dont l'action est organisée en fonction d'une stratégie adaptée à la situation pour laquelle elle sera sollicitée. Les membres de l'équipe doivent être volontaires, intéressés, représentatifs à la fois de l'employeur et des travailleurs et choisies en fonction des particularités de l'organisation. Idéalement, les membres de l'équipe d'intervention possèdent certaines habiletés de communication, se sentent confiants dans leur rôle et sont capables de garder un bon contrôle de leurs émotions. Ils doivent connaître le programme de mesures préventives en vigueur dans l'établissement et avoir l'intérêt à le mettre en œuvre. Le choix des membres ne devrait surtout pas reposer sur des critères physiques particuliers comme le sexe de la personne, la taille ou le poids.