logo
MENU

Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur "Administration provinciale"

Comment donner du sens à mon travail ?

Rédigé par: APSSAP

« Depuis plusieurs mois, je remarque que je me sens désinvestie de mon travail. Les tâches ont tellement changé…Elles sont plus complexes et parfois réparties entre plusieurs personnes, ce qui fait que j’ai du mal à voir les résultats. Elles sont aussi devenues plus répétitives et je me surprends à me sentir démotivée. La composition de mon équipe de travail a également changé, certains de mes collègues les plus proches ayant quitté leur emploi pour diverses raisons. Bref, c’est comme si mon travail manquait de sens. Que puis-je faire pour retrouver mon bel enthousiasme d’avant (quitter mon emploi n’est pas une option pour le moment) ? »

Une fleur qui fane …

Chère « Fleur qui fane»,

Vous avez bien raison, se sentir désinvestie peut être souffrant, surtout considérant le nombre d’heures passées au travail. De fait, selon une étude d’Estelle Morin, (IRSST, 2008), le sens du travail est corrélé positivement avec le bien-être psychologique et l’engagement affectif dans l’organisation. De plus, le sens du travail s’enracine dans les relations humaines au travail, qui contribuent à maintenir un engagement au travail. Vous semblez effectivement être ébranlée dans plusieurs sphères de votre quotidien au travail.

Selon madame Morin, six caractéristiques contribuent à donner un sens à son travail :

  • l’utilité sociale
  • l’autonomie
  • les occasions d’apprentissages et de développement
  • la rectitude morale
  • la qualité des relations
  • la reconnaissance.

Évidemment, ce qui donne du sens à mon travail n’est pas nécessairement ce qui en donne au vôtre. Gardez en tête que ce qui est important pour vous au travail n’est peut-être pas contenu dans ce texte. Par exemple, vous pourriez préférer être encadré par des protocoles qui ne nécessitent pas une grande autonomie.

Afin de préserver et de « vitaminer » ce terreau fertile qu’est votre vie au travail, je vous propose quelques pistes de réflexion.

Comment mon travail est-il utile à la société ?

À quoi sert votre travail, qui sert-il ? Par exemple, si vous êtes un agent ou une agente d’aide à l’emploi, votre travail permet aux usagers de retrouver un emploi permettant de subvenir à leurs besoins (financiers, alimentaires, d’estime, etc.). Évidemment, cela se répercute aussi positivement sur l’économie de la société. Si votre mission n’est pas claire pour vous, parlez-en avec votre gestionnaire! Ce dernier peut vous aider à clarifier votre mandat, vous fournir des orientations claires, prioriser certaines tâches.

Comment puis-je faire preuve d’autonomie dans mon travail ?

Il s’agit ici de réfléchir aux aspects de votre travail qui vous permettent d’utiliser vos compétences et votre jugement. Cela fait aussi référence au degré de contrôle que vous avez sur votre travail. Il y a probablement des aspects de vos tâches que vous ne contrôlez pas. L’idée est de trouver  vous en avez. Par exemple, je me souviens d’un agent de bord au départ d’un vol qui nous a présenté les consignes de sécurité avec tellement d’humour! Il avait choisi de transformer une tâche ennuyante en spectacle! Encore une fois, n’hésitez pas à discuter avec votre employeur pour établir votre marge de manœuvre.

Quelles sont mes occasions d’apprendre et de me développer ?

Pouvoir apprendre et élargir son champ de compétence aide à maintenir un intérêt au travail. Informez-vous sur les programmes de formation continue, sur les possibilités de mentorat, identifiez vos besoins de formation et faites-les connaître, etc.

Est-ce que mon travail me permet de me sentir moralement intègre (rectitude morale)?

Pouvoir effectuer ses tâches et interagir avec les autres avec intégrité et moralité facilite le sens du travail. Par exemple, un préposé à l’accueil qui traite tous ses clients avec la même diligence agit avec intégrité. Un gestionnaire qui offre les mêmes possibilités à tous ses employés agit avec équité.

Comment puis-je développer des relations de qualité au travail ?

Je vous suggère de trouver des moyens pour entrer en contact davantage avec vos collègues, que ce soit aux pauses, sur l’heure du midi ou à l’extérieur du travail. Mieux connaître les gens qui vous entourent professionnellement contribue au soutien social et au plaisir au travail.

Comment suis-je reconnue dans mon milieu ?

Les marques de reconnaissance contribuent à l’éclosion et au maintien du sens du travail. Celles-ci peuvent être diverses, comme se sentir apprécié pour les efforts fournis et les résultats obtenus, avoir l’estime de ses supérieurs et de ses collègues, être satisfait de son salaire, etc. Si vous aimeriez avoir plus de reconnaissance, dites-le! Il faut savoir semer des graines pour qu’un jardin fleurisse!

Sachez aussi que votre comité de santé et de sécurité (CSS) peut agir sur plusieurs de ces facteurs qui aident à bâtir le sens du travail. Par exemple, votre CSS pourrait offrir des ateliers sur la reconnaissance. N’hésitez pas à leur faire part de vos suggestions!

Je vous rappelle que l’APSSAP, votre association paritaire, peut soutenir le CSS dans ses actions de prévention en santé psychologique au travail.

Je vous souhaite de refleurir rapidement,

Annie